"Une Folle Journée de l'International" invite au voyage et à l'hybridation - Talents à l'Ouest

« Une Folle Journée de l’International » invite au voyage et à l’hybridation
Nantes | 29 Janvier 2019
« Une Folle Journée de l’International » invite au voyage et à l’hybridation

Mardi 29 janvier 2019, l’évènement « Une Folle journée de l’International » organisé par CIC Ouest, a mis en lumière l’influence de l’international dans l’entrepreneuriat, l’enseignement supérieur, la recherche, ou encore dans le sport et la culture. Dix intervenants de haut vol ont ainsi partagé leurs expériences et leurs points de vue à travers des formats variés (pitchs, regards croisés, table ronde), durant cette matinée aussi riche qu’inspirante pour la centaine d’invités présents. 

Partenaire officiel de La Folle Journée de Nantes depuis 2015, CIC Ouest a souhaité rebondir cette année sur son thème Carnets de Voyage, en organisant « Une Folle Journée de l’International ». Objectif ? Faire témoigner dix personnalités, toutes « follement » animées par l’international, agissant dans différents domaines (entrepreneuriat, sport, culture, enseignement, recherche), afin de mettre en lumière toute la valeur et la force de l’international dans sa dimension multiculturelle.

Pour René Martin, grand témoin de cet événement en tant qu’initiateur et directeur artistique de la Folle Journée de Nantes depuis 25 ans, « L’international, c’est l’ouverture aux idées neuves. Une vraie source d’inspiration pour les entreprises. » Ce dernier a ensuite insisté sur la nécessité de prendre le temps de s’immerger et décrypter en profondeur chaque nouveau pays. Celui qui a déjà décliné la Folle Journée en Pologne, Japon, Russie… et probablement bientôt Corée ou Taïwan, passe un an et demi environ à identifier son marché cible et des partenaires de confiance, avant de se lancer.

Créer des liens solides sur place, constitue également une démarche fondamentale pour Christophe Germain, Directeur Général d’Audencia, qui ne s’allie qu’à des partenaires locaux pour se déployer à l’étranger.

Un point de vue largement partagé par Jean-Michel Renaudeau, Directeur Général de SEPRO Group qui fabrique des robots destinés à l’industrie de la plasturgie. « Nous avons mis 28 ans à devenir leader en Allemagne ! » a précisé le dirigeant de cette entreprise vendéenne qui s’avère aussi leader sur le marché américain et 2ème au plan mondial.

VOIR LES FRONTIÈRES COMME UN SEUIL ET NON UNE LIMITE

Contrairement aux idées reçues, le plus grand frein à l’export n’est pas la barrière de la langue. René Martin effectue par exemple « toutes ses réunions en français pour exprimer au mieux sa pensée » et Chiara Danieli, Directeur Général du Groupe Bouhyer, a quitté son Italie natale sans connaître un mot de français.

En revanche, la personnalité du dirigeant est déterminante. Il doit « être un explorateur insufflant la confiance et la dynamique au sein de ses équipes » selon Benoît Van Ossel, PDG de Côteaux Nantais et Président de l’International Ouest Club (IOC). De l’avis de tous, le mental constitue la pierre angulaire de sa réussite à l’étranger. Exit la peur de l’échec !

« Il faut oser et accepter de s’exposer au risque de nouveaux milieux… comme d’échouer » selon Jean-Michel Renaudeau qui voit dans chaque frontière un seuil et non une limite.

« La culture du risque et la valorisation de l’échec sont nettement moins développées ici, comparé à la Silicon Valley » a confirmé Rob Spiro, Directeur Fondateur de l’accélérateur Imagination Machine lancé il y a un an à Nantes. Un état d’esprit que ce serial-entrepreneur originaire de San Francisco essaie d’insuffler à son nouvel écosystème qu’il juge pour autant prometteur et accueillant : « Les gens sont ouverts, détendus et dynamiques. Nantes a beaucoup d’ingrédients pour devenir une grande capitale des startups. »

NOURRIR LA FORCE DU COLLECTIF 

Etre bien accompagné dans son projet, constitue un élément primordial pour Chiara Danieli qui a été « particulièrement bien conseillée par la Chambre de Commerce et le Medef » lors de sa reprise du groupe Bouhyer à Ancenis en 2007… et si bien intégrée que cette turinoise a depuis pris la double nationalité (française et italienne), tout en précisant qu’elle se sent avant tout européenne.

L’ouverture au monde et aux rencontres, le mélange des cultures et des différences… pour nourrir la force collective de ses équipes ! C’est l’autre idée forte qui s’est dégagée de cette matinée. « Recruter des personnalités complémentaires et les fédérer derrière un objectif commun, en acceptant leurs différences et en valorisant leurs qualités respectives » est l’ambition majeure d’Audrey Sauret, Manager Général du Nantes Basket Hermine.
Même analyse de la part de Bruno Dubois, Team Principal China SailGP Team, qui a mené l’équipe du bateau DongFeng Race Team à la victoire, lors de la dernière Volvo Ocean Race : « Hollande, Chine, France, Danemark… La course a été une réussite grâce au concours d’expertises de nombreux pays. C’est la force du collectif international ! ».

OUVERTURE D’ESPRIT ET HYBRIDATION, C’EST LA CLEF !

Les échanges et la mutualisation des connaissances s’imposent aussi comme une évidence dans les domaines de l’éducation et de la recherche. « On ne pourrait pas avancer sans bénéficier du travail de collègues internationaux. Nous étudions en permanence leurs publications scientifiques » a expliqué Eduard Ayuso, Chercheur en Thérapie Génique à l’Université de Nantes. Françoise Rubellin, Directrice de l’Institut d’Etudes Appliquées de Nantes (IEA) qui figure parmi les 9 meilleurs instituts de recherche indépendants au monde, va même plus loin en organisant des déjeuners hebdomadaires en vue de « sortir des autoroutes de la pensée pour trouver des chemins de traverse. C’est bien du dialogue désintéressé qu’est née l’Encyclopédie ! » a ainsi rappelé cette spécialiste de Marivaux.

« Décloisonner les mondes, dialoguer, créer des liens de confianceL’international est avant tout un état d’esprit, un cheminement personnel également, mais surtout une belle aventure collective. L’hybridation des regards et des expertises émerge aussi comme une source de richesses inépuisable. Alors osons l’international ! » a déclaré Laurent Métral, Directeur Général de CIC Ouest, pour résumer ces échanges fructueux.